Marie-France Hirigoyen
Marie-France Hirigoyen

Après ses best-sellers sur le harcèlement moral dans l'entreprise (Le harcèlement moral, la violence perverse au quotidien et Malaise dans le Travail, Harcèlement moral: démêler le vrai du faux), la psychanalyste et psychothérapeute Marie-France Hirigoyen s'est attelée au décryptage d'une autre forme de violence quotidienne au sein de notre société. Dans Femmes sous emprise, les ressorts de la violence dans le couple, elle démonte les mécanismes des violences conjugales dont les femmes sont les principales victimes au sein des couples, qu'elles soient physiques, sexuelles ou psychologiques.

En France, tous les cinq jours, une femme est tuée par son partenaire. Une récente étude Ipsos-Marie-Claire indique qu'une femme sur dix est par ailleurs victime de brutalités et de violences physiques répétées dans l'intimité du couple. Aucun milieu social n'est à l'abri du phénomène. Dans 98% des cas l'homme est l'agresseur, même s'il existe des situations inverses où l'on voit des femmes violentes exercer aussi leur tyrannie, l'agresseur étant en tout état de cause tout aussi psychologiquement vulnérable que la victime. Marie-France Hirigoyen dresse la typologie de cette réalité sociale et analyse en détail tous les cas de figure, présentant de nombreux exemples concrets. L'alcool, la jalousie, le stress, sont souvent à l'origine des premières insultes et des premiers coups portés lors d'une banale dispute qui dégénère ensuite en mode de vie quotidien entre les conjoints. Plus subtilement on assiste, selon Marie-France Hirigoyen, à la mise en place de dispositifs de violence sournoise plus psychiques que physiques mais tout autant destructeurs: harcèlements, manipulations morales, humiliations, chantages, menaces, etc...

Au delà des constats et explications simples Marie-France Hirigoyen s'attache à montrer les processus mis en oeuvre dans ces relations perverses où l'homme soumet la femme à son emprise dominatrice dans la sphère conjugale. "C'est par une compréhension fine des ressorts de la violence qu'elles subissent que les femmes se dégageront de l'emprise qui les paralyse", écrit-elle. Elle donne aux femmes des clefs pour prévenir ou pour sortir de cette emprise masculine qui s'exerce à leurs dépens, rejetant au passage les accusations faites aux organisations féministes de se complaire dans une "idéologie victimiste". Marie-France Hirigoyen s'étonne aussi à ce sujet du "discours retardataire des intellectuels français" sur la question et propose que les responsables politiques et la société toute entière s'attaquent enfin à la racine du mal, notamment par une autre éducation où les garçons seraient rendus moins agressifs et les filles moins soumises. Plus largement, elle estime que le culte de la performance d'une société de plus en plus libérale — où la loi du plus dominateur et du plus manipulateur est devenue une référence et un mode d'existence — n'est peut-être pas non plus étranger à la perpétuation des violences dans le cadre de la sphère privée du couple.