Marcus Malte
Marcus Malte

Marcus Malte — Marc Martiniani pour l'Etat-Civil (il a choisi son nom de plume en hommage au Faucon maltais de Dashiell Hammet ) — est né le 30 décembre 1967 à La Seyne-sur-Mer (Var), où il vit toujours. Après un Bac littéraire, il passe un CAP de projectionniste et obtient une Licence d'études cinématographiques. Puis il devient musicien de rock, de jazz et de variétés dans les bals de village et projectionniste pour la Fédération des Oeuvres Laïques - Ciné 83 avant de se consacrer finalement à la littérature, explorant entre deux petits boulots de manutentionnaire l'écriture d'histoires généralement assez noires sous formes de nouvelles, de romans et de livres pour enfants.

Le premier roman de Marcus Malte, Le Doigt d'Horace, est publié en 1996 au Fleuve Noir. Il est suivi chez le même éditeur du Lac des singes (1997) et de Carnage, constellation (1998). Le Vrai con maltais sort en 1999 aux éditions Baleine dans la collection "Le Poulpe" créée par Jean Bernard Pouy. En 2001, il rejoint les éditions Zulma où il publie notamment Et tous les autres crèveront (2001), Mon frère est parti ce matin (2003) et La Part des chiens (2003, Prix Polar dans la ville 2004). Après la publication de Plage des Sablettes, souvenirs d'épaves (Autrement, 2005), du recueil de nouvelles Intérieur Nord (Zulma, 2005, Prix du Rotary Club de la nouvelle) et des polars pour la jeunesse Il va venir (Syros, 2006), Le Chapeau (Syros, 2006), De poussière et de sang (Pocket jeunesse, 2007), L'échelle de Glasgow (Syros, 2007) et Le Chat Machin (Syros, 2007), Marcus Malte publie en 2007 chez Zulma Garden of Love. Le livre est distingué par de nombreux prix littéraires dont le Grand Prix Paul Féval de la Société des Gens de Lettres, le Prix Michel Lebrun, le Prix Cannes Polar, le Prix Sang d'encre des lycéens, le Prix Millepages, le Prix Coeur noir de St Quentin en Yvelines et le Prix des Lectrices de Elle 2008, catégorie Policier.

Parmi ses nombreuses influences littéraires Marcus Malte cite entre autres Jean Giono, Cormac McCarthy, Céline et John Steinbeck. Du côté des auteurs de polars, il cite volontiers David Goodis, Raymond Chandler et Jean-Patrick Manchette, mais surtout Frédéric Dard, alias San-Antonio.