Carla Bruni-Sarkozy
Carla Bruni-Sarkozy

Accompagné de son dernier mari, un certain Nicolas Sarkozy, la chanteuse italienne ex-top model Carla Bruni a séduit l'Empire britannique lors de son voyage de deux jours à Londres. Vêtue de son plus beau tailleur gris Dior à la mode hôtesse de l'air des années '60, coiffée d'un petit bibi assorti délicatement posé de travers, d'un vaste sac à mains contenant tous ses manteaux de rechange et de fins gants noirs recouvrant ses mains de quadragénaire habituée à faire la vaiselle, Carla Bruni n'a laissé insensible ni Son Altesse Royale le prince Philip, duc d'Edimbourg, ni l'honorable premier ministre Gordon Brown, ni même les très distingués membres de la chambre des Lords. Contrastant avec le style bling-bling de son compagnon, la tenue de la nouvelle First Lady of Chic français, toute en "simplicité", a éclipsé aussi bien le chapeau de Camilla ("qui laissait penser qu'un faisan s'était écrasé sur sa tête", selon le Daily Mail) que les ors du château de Windsor et les bijoux de Sa Très Gracieuse Majesté Elisabeth II.

Les neuf grands quotidiens nationaux du royaume ne se sont d'ailleurs pas trompé d'évènement, tous propulsant Carla Bruni à la Une, photographiée sous toutes ses coutures avec des titres comme "Enchanté", "Elle est belle comme Jackie..." ou encore "Ooh La La, Madame Sarkozy". Le Sun et le Daily Mail, tabloïds bien connus pour leur bon goût, eûrent même l'élégante idée d'afficher la désormais célèbre photo — mise en vente aux enchères le mois prochain chez Christie's — de l'épouse du chef de l'Etat français toute nue sous le titre "Carla Bruni-Sarkozy, telle que Sa Majesté ne la verra pas", soulignant plus loin que "Cette fois, elle n'a pas oublié ses vêtements". Le Daily Mail, toujours lui, en arbitre des élégances, n'oublia pas non plus de consacrer quelques photos printanières aux "Sarko's Babes" comme il les surnomme, dont notamment la ministre de la Justice Rachida Dati en chapeau cloche. Le très conservateur The Times vante de son côté le "style si français" de l'ensemble gris Dior de la nouvelle égérie des britanniques, à la fois "un peu Grace Kelly, un peu Jackie Kennedy, un peu Audrey Hepburn et un peu princesse Diana". Pour The Daily Mirror "Le président Sarkozy peut revenir... s'il est accompagné de Carla". Situé politiquement à Gauche, le Guardian s'interroge lui sur le physique des femmes politiques françaises. "Pourquoi sont-elles jolies ? demande-t-il, ajoutant qu'une féministe serait quand même "en droit de se demander où sont les moches ?" Dans son supplément Life & Style, il analyse le look de la "discrète Carla [...] deux tiers Jackie Onassis, un tiers lycéenne", avec "son manteau Dior, aussi français que classique. Luxueux, oui, mais bling-bling, non". Quant au grand quotidien de centre-droit The Independent, il n'hésite pas pour sa part à titrer sur une photo des jambes de Carla Bruni : "France : 1 - Angleterre : 0 ! Et ce n'est pas qu'au football", précisant plus loin dans un grand article d'analyse géopolitique que "Nicolas Sarkozy peut bien se présenter comme un président visionnaire. C'est en réalité sa femme qui a les yeux tournés vers l'avenir car son ensemble Dior, de la collection 2008, ne sera disponible à la vente que dans quelques mois." C'est The Daily Telegraph qui, après avoir demandé si Carla était la nouvelle Diana, résume finalement l'évènement de cette visite d'Etat du président français: "Nicolas Sarkozy est au Royaume-Uni pour nous séduire, mais nous préférons Carla Bruni".