Patrick Rambaud
Patrick Rambaud

Patrick Rambaud a décroché le Goncourt pour La Bataille, un roman sur la bataille napoléonienne d'Essling, dont le sujet avait déjà tenté Balzac. Ce doublé est une belle revanche pour cet écrivain de 51 ans, auteur de 25 ouvrages et qui, durant 27 ans, a été le "nègre" de beaucoup d'auteurs.

L'idée de La Bataille lui a été donnée par son éditeur Jean-Claude Fasquelle, qui a vu au Musée Balzac à Paris, une lettre du romancier promettant "d'initier à toutes les horreurs, à toutes les beautés d'un champ de bataille". Mais Balzac n'a jamais écrit une ligne à ce sujet, seulement quelques notes. Patrick Rambaud décrit en 300 pages, dans une écriture fiévreuse et minutieuse, "ces deux journées féroces où personne n'a envie de se battre et qui laissent quarante mille morts dans les blés". La bataille d'Essling (Autriche) est "la première que Napoléon ne gagne pas. Le moment où l'Empire bascule en 1809, avec 40.000 morts en trente heures. L'équivalent du Rwanda", souligne l'écrivain. "Ce n'était pas une victoire, ni une défaite. Un carnage". Napoléon, empâté, est devenu "l'Ogre" qui n'a pas su adapter sa vieille stratégie de surprise et rapidité à la situation.

Patrick Rambaud — barbe, lunettes — garde une allure bohême. Il est l'auteur d'une trentaine de livres divers, comme Fric-frac, La Mort d'un ministre, Le Dernier voyage de San Marco sur l'histoire de la Fondation de Venise. On lui doit des parodies comme Virginie Q, signé d'une certaine Marguerite Duraille ou, plus récemment, Le Journalisme sans peine, écrit avec son complice et cousin Michel-Antoine Burnier. Né à Paris en 1946, il fonde en 1970 le magazine Actuel avec Jean-François Bizot et Michel-Antoine Burnier où il reste 14 ans. Patrick Rambaud a également écrit des sketches, un spectacle, Fregoli, et a travaillé à des scénarios de films pour Jean-Pierre Mocky.