Christian Bourgois
Christian Bourgois

Né à Antibes le 21 septembre 1933, fils d'un officier de marine, Christian Bourgois suit de 1951 à 1954 des études de Science politique à l'IEP de Paris. Il intègre ensuite la section économique et financière de l'École Nationale d'Administration (ENA), qu'il quitte en 1959 pour travailler avec l'éditeur René Julliard. A la mort de celui-ci, en 1962, Christian Bourgois prend la direction de la maison d'édition, et commence à publier de grands auteurs comme Gabriel Garcia Marquez ou Alexandre Soljenytsine. Il crée avec Pierre Nora la collection Archives et publie aussi le premier guide gastronomique d'Henri Gault et Christian Millau. En 1965, Julliard est racheté par le groupe Presses de la Cité. L'année suivante, avec son ami Dominique de Roux, Christian Bourgois créé au sein du groupe sa propre maison, baptisée "Christian Bourgois Éditeur". En 1968, il reprend la collection de poche 10/18, qu'il dirige jusqu'en 1992, où il publie plus de 1.500 titres dont 500 inédits. En 1989, il publie les Versets sataniques de Salman Rushdie, victime d'une fatwa de l'ayatollah Khomeiny. En 1992, Christian Bourgois quitte le groupe des Presses la Cité pour redevenir indépendant. Il poursuit alors son exploration exigeante des littératures, surtout étrangères, avec une prédilection pour les secteurs anglo-saxons et hispanophones.

Personnalité respectée du monde de la culture, Christian Bourgois a également exercé, parallèlement à son métier d'éditeur, de nombreuses responsabilités dans divers organismes professionnels. Il a notamment présidé l'Institut Mémoires de l'Édition Contemporaine (IMEC), le Syndicat National de l'Édition (SNE) et la Commission d'avance sur recette du Centre National du Cinéma (CNC).

Après une quarantaine d'années d'activité éditoriale au total, pendant lesquelles il aura introduit en France une bonne partie des meilleurs écrivains étrangers contemporains, Christian Bourgois décède le 20 décembre 2007, à l'âge de 74 ans. Marié en première noce à la styliste de mode Agnès B., il était père de quatre enfants. C'est sa seconde épouse, Dominique, qui assure aujourd'hui la continuité de la maison "Christian Bourgois Éditeur".

"Editer, c'est s'inscrire dans la durée, tisser avec ses auteurs des liens d'affection, presque de famille", disait Christian Bourgois qui reconnaissait n'avoir jamais eu la vocation d'écrire. "Si j'ai fait oeuvre, c'est d'avoir réuni toutes ces oeuvres", estimait-t-il en référence aux auteurs qu'il a publiés, tels entre autres Boris Vian, J.R. Tolkien (dont le succès du best-seller Le Seigneur des anneaux a grandement aidé à effacer les débuts financiers difficiles de la jeune maison "Christian Bourgois Éditeur"), Jim Harrison, Pierre Boulez, Antonio Tabucchi, Toni Morrison, Virginia Woolf, Salman Rushdie, Ernst Jünger, John Fante, Manuel Vazquez Montalban, William Burroughs, Allen Ginsberg (ainsi que de nombreux auteurs de la Beat Generation lorsqu'ils étaient encore inconnus), Fernando Pessoa, Susan Sontag, Antonio Lobo Antunes, Linda Lê, Hanif Kureishi ou encore Witold Gombrowicz.

Christian Bourgois, qui a été jusqu'au bout l'unique directeur littéraire de sa maison d'édition mais avait su aussi s'entourer d'excellents conseillers et traducteurs, était un éditeur véritablement engagé au service de la littérature et de la pensée. Au moment de son décès, la ministre de la Culture, Christine Albanel, lui a rendu hommage, saluant la mémoire d'un "seigneur de l'édition, [...] un homme de goût, classique dans son allure, dans son tempérament, mais aussi résolument moderne dans ses choix et ses intuitions éditoriales, [...], un merveilleux passeur".