Google | Twitter | Facebook | Blog | Lettre d'information | Fnac | Kobo | iTunes | Amazon

La République des Lettres

Rainer Maria Rilke

Rainer Maria Rilke
Lettres à un jeune poète

La République des Lettres
ISBN 978-2-8249-0207-4
Livre numérique (format ePub)
Prix : 5 euros
Disponible chez • FnacAmazonKoboiTunes

Le Siècle

Le Siècle

Le Siècle, fondé en 1944 par le journaliste radical-socialiste et franc-maçon Georges Bérard-Quélin (1917-1990) -- fondateur également de la Société Générale de Presse, aujourd'hui dirigée par ses enfants Laurent et Marianne Bérard-Quélin, qui édite des lettres d'information professionnelle confidentielles comme entre autres La Correspondance de la presse et Le Bulletin Quotidien -- est l'un des clubs "de réflexion" les plus selects de Paris. En vérité, Le Siècle n'est pas véritablement un think-thank ou un groupe d'influence mais plutôt un cercle mondain où se cotoient les élites françaises solidaires d'un certain statu quo social et républicain. Il réunit quelque 550 membres permanents triés sur le volet au sein de la fine fleur des castes politique, économique et médiatique du pays. S'y ajoutent environ 200 invités renouvellés chaque année, pour la plupart de jeunes loups ambitieux distingués par la bonne société. On y retrouve de hauts fonctionnaires, presque tous les patrons des grandes entreprises, des politiciens de droite et de gauche, des banquiers, des magistrats, la plupart des grands dirigeants de la presse, des médias et de la communication, des journalistes "qui font l'opinion", des économistes, quelques universitaires et quelques syndicalistes. D'une façon générale, pour appartenir au Siècle, peu importe les opinions politiques ou les croyances religieuses mais il convient avant tout d'être honorable en tous points, de respecter les valeurs démocratiques et républicaines, de gagner en puissance au sein de la société, d'être branché sur les réseaux d'influence, d'avoir reçu une bonne éducation mondaine, et bien entendu d'avoir envie de se retrouver entre élites et "gens de qualité". On ne peut pas vraiment y être admis si l'on a pas compris le jeu des relations sociales et le rôle majeur du carnet d'adresses.

À sa naissance, Le Siècle se donne pour but d'abattre les cloisons entre la société politique et la société civile. L'objectif est de créer un cercle de rencontres entre hommes politiques et responsables représentatifs de la société civile (hommes d'affaires, intellectuels, journalistes, etc). Selon les statuts, déposés en date du 07 mars 1945, l'objet social de l'association est de "créer un pont entre des mondes qui s'ignorent trop en France" et de "renforcer les chances de succès des jeunes en les faisant se connaître et s'épauler". Seuls les jeunes gens nés après 1900 peuvent en effet devenir membres actifs du Siècle. Les années passant, une nouvelle résolution sera adoptée en 1987 pour fixer la limite d'âge des membres à 66 ans maximum. Une autre résolution, datée de juillet 1999, modifiera également les statuts en stipulant désormais que: "Initialement limitée au 20e siècle, la durée de l'association est étendue au 21e siècle". Sept membres fondent Le Siècle autour de Georges Bérard-Quélin: Yvonne Dornès (future fondatrice de la revue Planning familial), Georges Bouquet (futur PDG des sociétés d'assurances L'Aigle et Le Soleil), Raymond Dreux (polytechnicien), Jean Peytel (avocat), Jean Mottin (conseiller d'État, futur président de la Société Nationale des Entreprises de Presse), Jacques Desmyttere (industriel du textile membre du Conseil National du Patronat Français) et le futur président de l'association, Alof de Louvencourt (inspecteur des Finances).

Un protocole organisationnel, toujours en vigueur aujourd'hui, a été défini pour devenir membre de plein droit du Siècle. Il faut d'abord être coopté par les autres membres et être représentatif d'un milieu professionnel ou d'une sensibilité politique du pays. Il faut ensuite passer au moins un an dans la case "invité" et montrer que l'on sait "dîner" lors des raouts de 250 à 300 personnes organisés chaque quatrième mercredi du mois, de 20h à 23H, au siège du très select Automobile Club de France, sis place de la Concorde (Paris VIIIe).

Les plans de table -- 7 à 8 personnes par table -- sont soigneusement étudiés par le secrétaire général de l'association afin de favoriser les échanges intellectuels, et aussi pour jauger les invités prétendant au titre. Avant le dîner, l'apéritif, dans la grande salle qui donne sur l'Obélisque de la Concorde, est l'occasion de communiquer en toute discrétion bons plans, informations diverses, petits services entre amis et autres amabilités. Un dîner, que certains qualifient de "médiocre", est servi dans un vaste salon désuet. Un "chef de table" a pour mission d'animer la conversation. À 23H, tout le monde se sépare sans oublier d'emporter la liste des invités comportant notamment le numéro de téléphone direct de chacun.

Tous les convives doivent respecter les règles d'or du cercle, à savoir la courtoisie et la discrétion, notamment en sachant garder le secret sur la teneur des conversations, ce qui explique entre autres qu'aucun communiste n'a été admis jusqu'en 1981, de crainte sans doute qu'il divulgue au bureau du parti quelque petit secret de banquier ou de politicien s'étant laissé aller à l'heure du digestif. L'association Le Siècle cultive elle-même un tantinet le secret en ne publiant aucun document ou bulletin interne. Jusqu'en 1983, les femmes n'étaient pas admises. Une centaine ont maintenant investi le prestigieux cénacle. Quant aux "minorités visibles", elles n'y sont précisément guère "visibles".

C'est le Conseil d'administration du Siècle, composé d'une douzaine d'élus, qui décide des admissions après que les candidatures soumises par les membres (personne ne se porte personnellement candidat) aient trouvé au moins deux parrains au sein du club. Une fois admis, il convient en outre de régler la cotisation annuelle à l'association (200 euros par an) ainsi que sa part de l'addition à chaque dîner (environ 80 euros).

Parmi les membres du Siècle, anciens ou nouveaux, membres de droit ou invités, citons entre autres: Claude Bébéar, Jean-Marie Colombani, Alain Minc, Maurice Lévy, Rachida Dati, Eric Besson, Anne Sinclair, Jean-Pierre Chevènement, Hubert Védrine, Elisabeth Guigou, Alain de Pouzilhac, Serge July, Franz-Olivier Gisbert, Patrick Poivre d'Arvor, Dominique Strauss-Kahn, Corinne Lepage, Jacques Rigaud, Simon Nora, Thierry Breton, Claude Bébéar, Nicole Notat, Nicolas Sarkozy, Jean-Pierre Raffarin, François Fillon, Lionel Jospin, Laurent Fabius, Louis Schweitzer, Michel Pébereau, Odile Jacob, Jean-Marie Colombani, Claude Imbert, Laurent Joffrin, Denis Jeambar, Anne-Marie Couderc, Marc Tessier, David Pujadas, Jean-Marie Messier (écarté poliment après le scandale Vivendi), Emmanuel Chain, Nicolas Beytout, Edouard de Rothschild, Jean-François Copé, Michèle Cotta (première femme acceptée en 1983), Bernard Boulito, Claude Allègre, Robert Badinter (démissionnaire), Pierre Moscovici, Teresa Cremisi, Richard Descoings, François Nourissier, Noëlle Lenoir, Sylvie Pierre-Brossolette, Martine Aubry, Bernard Kouchner, Georges Kiejman, Jean-Louis Beffa, Louis Gallois, Antoine Bernheim, Olivier Schrameck, Luc Ferry, Jean-Marie Rouart, Odile Jacob, Jean-Claude Casadesus, Jean-Claude Trichet, Philippe Jaffré, Bertrand Collomb, André Lévy-Lang, Pierre Moussa, Henri Madelin, Renaud Denoix de Saint-Marc, Pierre Bilger, Gérard Worms, Etienne Davignon, Ernest-Antoine Seillière, Jean Peyrelevade, Michel Bon, Louis Gallois, Martine Aubry, Jean-Christophe Le Duigou, Bertrand Eveno, Bernard Pivot, Hélène Ahrweiller, Lisette Mayret, Simone Rozès, Françoise Chandernagor, Pascal Lamy, Arlette Chabot,...

Nicole Notat, ancienne secrétaire générale de la CFDT et actuelle PDG de Vigeo, a été élue le 12 novembre 2010 présidente de l'association "Le Siècle". Succèdant à Denis Kessler (PDG du groupe d'assurances SCOR et ancien vice-président du MEDEF) elle a pris ses fonctions le 1er janvier 2011. Deux vice-présidents ont également été élus au conseil d'administration: le politologue Olivier Duhamel et Henri Loyrette, président du musée du Louvre. Étienne Lacour, directeur de la rédaction de SGPresse, assure le secrétariat général.

Copyright © Hortense Paillard / , Paris, jeudi 03 février 2011. Droits réservés pour tous pays. Toute reproduction totale ou partielle de cet article sur quelque support que ce soit est interdite.
Noël Blandin / La République des Lettres
Newsletter / Entrez votre adresse e-mail:    

Facebook Facebook   Newsletter Lettre d'info   Twitter Twitter