Paul Ricoeur
Paul Ricoeur

Paul Ricoeur est né le 27 février 1913 à Valence (Drôme). Fils d'un professeur d'anglais tué pendant la première guerre et tôt orphelin de mère, il est élevé par ses grands-parents protestants. Il suit ses études à l'Université de Paris d'où il sort agrégé de philosophie et docteur ès Lettres en 1935.

Paul Ricoeur est nommé professeur de lycée, d'abord à Saint-Brieuc, puis Colmar et Lorient. Mobilisé en 1939, il est fait prisonnier en Allemagne et crée un cercle philosophique dans son Oflag de Poméranie où il traduit Husserl. A la Libération, il devient attaché de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). Il publie en 1947 un premier ouvrage sur Karl Jaspers, qu'il a longuement étudié en captivité. À partir de 1948, et jusqu'en 1956, il occupe la chaire d'histoire de philosophie de la Faculté des lettres de Strasbourg, où officiait précédemment Jean Hyppolite.

Paul Ricoeur est ensuite nommé à Paris, d'abord à la Sorbonne, puis à Nanterre en 1966. Membre du comité de la revue Esprit à partir de 1947, il commence à publier dans les années '50, notamment sa thèse sur la phénoménologie de la volonté. Dans les années '60, Il prend position dans Esprit en faveur de l'indépendance de l'Algérie, ce qui lui vaudra d'être arrêté. Ce philosophe curieux de tout se tourne aussi à ce moment-là vers la psychanalyse freudienne. Après son agression par des étudiants, Paul Ricoeur démissionne de son poste de doyen de la faculté de Nanterre en 1970 et part enseigner pendant plusieurs années à l'Université de Chicago (Etats-Unis). En 1974 il prend la direction de La Revue de Métaphysique et de Morale. Dans les années '80, le philosophe publie ses oeuvres sans doute les plus personnelles: Temps et récit (1983) et La Mémoire, l'histoire, l'oubli (2000) qui interrogent les historiens sur leur pratique et leur savoir, ainsi que Soi-même comme un autre (1990).

Penseur engagé très apprécié à l'étranger, notamment en Allemagne et aux Etats-Unis, militant socialiste dès 1933, profondément chrétien et opposé à tous les totalitarismes, Paul Ricoeur est titulaire de nombreuses distinctions: Croix de guerre 39-45, Grand Prix de philosophie de l'Académie française, Prix Hegel, Prix Karl-Jaspers, Grand prix de la Ville de Paris (sciences humaines), prix John W. Kluge (prestigieuse récompense américaine pour les sciences humaines), etc.

Paul Ricoeur est mort le 20 mai 2005, à l'âge de 92 ans. Considéré comme l'un des plus grands penseurs français de l'après-guerre avec Emmanuel Levinas, Jacques Derrida et Vladimir Jankelevitch, héritier spirituel de la phénoménologie de Husserl et de l'existentialisme chrétien, il a laissé une oeuvre de philosophie politique considérable. Parmi ses principaux ouvrages, citons notamment: • Karl Jaspers et la philosophie de l'existence (avec M. Dufrenne, 1947) • Philosophie de la volonté (1950-1961) tome 1: Le volontaire et l'involontaire, tome 2: L'homme faillible, tome 3: La symbolique du malHistoire et vérité (1955, 2001) • Platon et Aristote (1960) • Finitude et culpabilité, L'Homme faillible, La Symbolique du mal (1960, 1988) • De l'interprétation, Essai sur Freud (1965) • Entretiens: la critique et la conviction (1996) • Le conflit des interprétations, Essais d'herméneutique I (1969) • La métaphore vive (1975) • La sémantique de l'action (1978) • Temps et récit (1983, 1985) • La configuration du temps dans le récit de fiction (1984) • Le temps raconté (1986) • Du texte à l'action, Essais d'herméneutique II (1986) • A l'école de la phénoménologie (1986) ; • Le Mal, un défi à la philosophie et à la théologie (1986) • Soi-même comme un autre (1990) • Lectures I, Autour du politique (1991) • Lectures II, La contrée des philosophes (1992) • Lectures III, Aux frontières de la philosophie (1993) • Le juste I (1995) • Réflexion (1996) • L'idéologie et l'utopie (1997) • Amour et justice (1997) • Ce qui nous fait penser, La nature et la règle (avec Jean-Pierre Changeux, 1998) • Penser la Bible (avec André Lacoque, 1998) • La Quête du sens (1999) • Entretiens Paul Ricoeur / Gabriel Marcel (1999) • La Mémoire, l'histoire, l'oubli (2000) • Le juste II (2001) • L'Herméneutique biblique (2001) • Parcours de la reconnaissance (2004) • Sur la traduction (2004).