Associated Press
Associated Press

Bertrand Eveno et Vincent Bolloré se sont associés pour reprendre le bureau français de l'agence de presse américaine Associated Press (AP). Un projet d'accord a été conclu entre leur société créée pour l'occasion (60% des parts à Bertrand Eveno, 40% au groupe Bolloré) et Associated Press. Le contrat comprend la reprise complète du service d'informations en langue française de AP France et une exclusivité pour la distribution en France des contenus en langue anglaise et des photos. Selon les syndicats d'AP, la cession se ferait pour un euro symbolique en contrepartie de la continuité de l'agence et d'un "échange de services".

Associated Press, fondée en 1848 par six journaux new-yorkais, est l'une des trois grandes agences internationales de presse à offrir un service d'informations générales en français avec Reuters et l'Agence France Presse (AFP). Comptant 240 bureaux dans 70 pays, AP dispose à Paris d'une rédaction de 25 journalistes permanents et soixante pigistes. Selon Tom Curley, PDG d'AP, le service en langue française, qui n'a jamais gagné d'argent depuis sa création en 1946, était dans une situation financière difficile. Dans un contexte de concurrence exacerbée, Associated Press France a perdu l'année dernière 1,4 million d'euros pour un chiffre d'affaires de six millions d'euros, et plusieurs grands clients de la presse quotidienne nationale et régionale n'ont pas renouvellé leur abonnement au fil de dépêches. La direction d'AP, qui a également cédé son bureau des Pays-Bas au groupe néerlandais Novum en septembre dernier, indique qu'elle "n'a plus la volonté stratégique de continuer à alimenter en informations locales des marchés locaux". Associated Press souhaite se concentrer aujourd'hui sur ses activités principales, à savoir les services d'information internationales en langue anglaise, la photo et la vidéo.

La participation du groupe de Vincent Bolloré dans le rachat d'Associated Press France suscite des inquiétudes tant auprès du personnel de l'agence que des syndicats de journalistes. Depuis 2000, l'appétit vorace du milliardaire breton dans le secteur des médias et de la communication ne cesse de se manifester à travers des prises de contrôle de nombreuses sociétés, des quotidiens gratuits Matin Plus et Direct Soir à la chaîne TNT Direct 8 en passant par le groupe publicitaire Havas ou encore l'institut de sondages et d'études de marché CSA. Son entrée dans Associated Press France lui permettrait de contrôler une des principales sources d'information françaises tout en alimentant directement ses journaux écrits ou audiovisuels, très favorables à la politique menée par Nicolas Sarkozy. Vincent Bolloré est un ami proche de ce dernier. C'est, on s'en souvient, sur son yatch de 60 m de long mouillé à l'île de Malte que le nouveau président de la République s'embarqua pour une croisière privée pleine de luxe et de volupté au lendemain de son élection. Dans un communiqué, l'intersyndicale SNJ, CFDT, CGT et FO d'Associated Press a exprimé "sa profonde préoccupation face au projet de cession d'AP France et aux risques qu'il fait peser sur l'emploi, l'indépendance rédactionnelle et la pluralité de l'information". A l'issue d'un comité d'entreprise réuni vendredi 14 décembre, elle a indiqué son refus "de signer un chèque en blanc" à cette reprise, estimant que le directeur général d'AP France, Pierre-Yves Glass, n'a apporté aucune garantie sur le montage financier, l'indépendance rédactionnelle et le maintien des emplois après l'éventuel rachat par le tandem Eveno / Bolloré.

Les repreneurs espèrent eux au plus vite un vote favorable du comité d'entreprise afin de boucler la transaction. Bertrand Eveno, 63 ans, ancien PDG de l'AFP de 2000 à 2005 et actuel directeur général d'Hachette Filipacchi Photo, est pressenti pour assurer la direction la nouvelle Associated Press France si l'opération de rachat se déroule sans heurts.