Web 3.0

La quatrième édition de la conférence Le Web 3, qui se tient lundi 11 et mardi 12 décembre aux Docks de Paris (Plaine Saint-Denis), vient d'ouvrir ses portes. Organisée avec un budget d'un million d'euros par le très sarkozyste techno-entrepreneur Loïc Le Meur — aujourd'hui installé à San Francisco où il s'occupe de sa start-up Seesmic — ce grand show à l'américaine rassemble cette année quelque 1.800 acteurs et/ou spécialistes de l'internet. Venus du monde entier, tous ont déboursé plus de 1.500 euros de frais d'inscription pour rencontrer deux jours durant l'élite montante du secteur du Numérique et des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication.

Objet des communications et des débats, agrégés sous le thème "Evolution des technologies, Révolution des comportements": les dernières innovations du Web 2, les tendances du marché, le comportement des internautes, le piratage, le monde virtuel, les start-up "révolutionnaires", le Wifi, les nouveaux sites de réseaux sociaux ou d'information participative, la convergence numérique, la téléphonie mobile, les blogs en vue, et d'une façon générale tout qui se fait de nouveau, d'intéressant et de lucratif en matière d'Internet et de NTIC. Outre les stars du web, une trentaine d'entrepreneurs, sélectionnés parmi plus d'une centaine de postulants, interviendront pour présenter leur jeune pousse (Zyb, Erepublik, Yooplus, Semingo, AdpayTv, Screenvision, Splitgames, Wixi, Zoomorama, Holistis, Bluekiwi, GooJet, etc..), avec peut-être à la clé la rencontre avec un gros "business angel" qui financera ces Google ou Youtube de demain. Des responsables de sites déjà bien installés, de Netvibes à Facebook en passant par Tweeter ou Digg, sont également présents pour faire la promo de leurs services, voire pour y lancer quelque annonce sensationnelle qui sera immédiatement diffusée sur le réseau en live vidéo par les centaines de journalistes et de blogueurs présents sur place. Caractère international de la manifestation oblige, toutes les interventions se font en langue anglaise.

La précédente édition du Web 3 avait été assez vivement critiquée en raison de l'orientation politique que lui avait donné Loïc Le Meur. Ce dernier n'avait en effet pas hésité à offrir cette tribune à Nicolas Sarkozy, candidat à l'Elysée alors en pleine campagne électorale. Le leader israélien Shimon Peres, invité surprise avait également inauguré la grand messe avec un discours à la gloire d'un Internet facteur de démocratie et de liberté. Cette année, les hommes politiques devraient pour la plupart rester sagement dans la salle, ce qui n'empêche pas Le Web 3 de ressembler furieusement à un meeting de propagandistes ultralibéraux dans le vent de la techno-modernité.