Amazon Kindle
Amazon Kindle

Jeff Bezos, patron d'Amazon, a lancé lundi 19 novembre un lecteur numérique baptisé "Kindle". Mis en vente aux Etats-Unis au prix de 399 dollars (275 euros), cet appareil de 13,5 sur 19,5 cm utilise les dernières technologies en matière de papier numérique et est équipé d'une connexion haut débit mobile (sur le réseau américain), d'un clavier et d'une mémoire pouvant contenir l'équivalent d'une petite bibliothèque de 200 livres pour un poids total de 310 grammes. 88.000 ouvrages et une dizaine de titres de presse sont d'ores et déjà disponibles et téléchargeables directement sur le site du leader des ventes de livres sur internet, mais uniquement avec DRM et sous son format numérique propriétaire — le PRC, concurrent du PDF d'Adobe, développé par la société française Mobipocket (rachetée il y a deux ans par Amazon) — ce qui empêche de les lire sur des lecteurs d'autres marques, comme par exemple le Sony Reader du groupe japonais Sony. Le Kindle peut lire des fichiers textes ou images au format Word, HTML, TXT, JPEG, GIF et PNG. Avec la connectivité Wifi, il est possible de naviguer sur internet, mais en noir et blanc et pour l'instant seulement sur le site d'Amazon. Le kindle est par ailleurs équipé d'un système son permettant d'écouter des livres audio. Les livres numérisés — pour l'instant des titres grand public en langue anglaise — sont proposés à divers prix ne dépassant pas 10 dollars, contre 25 à 30 dollars pour les mêmes ouvrages en édition papier, et les abonnements aux journaux comme par exemple ceux des quotidiens The New York Times et The Wall Street Journal sont à environ 15 dollars par mois. Enfin l'automie du Kindle est d'une trentaine d'heures. Aucune date de commercialisation n'est encore fixée pour la France.

L'objectif d'Amazon, qui a l'avantage de posséder des clients et une importante base de données, est de reproduire dans le secteur du livre le succès rencontré par Apple dans le domaine de la musique avec son baladeur iPod et sa boutique en ligne iTunes. Selon L'association des éditeurs américains, les ventes de livres numériques ont augmenté de 24% l'année dernière. Divers éditeurs de livres ou de presse commencent d'ailleurs à enrichir l'offre en proposant des versions e-paper pour lecteurs d'e-books. C'est notamment le cas en France des quotidiens Les Echos et Le Monde. A plus large échelle des plateformes de téléchargement, gratuites ou payantes, se mettent aussi en place, comme par exemple le "Kiosque numérique" du groupe Lagardère ou encore la bibliothèque en ligne Google Books. Selon certains experts, le marché pourrait décoller lorsque la fonction lecteur d'e-book convergera sur les appareils numériques nomades multi-fonctions, comme cela pourrait être le cas avec les futurs iPhone d'Apple, qui combinent déjà tout à la fois les fonctions de téléphone portable, d'ordinateur de poche, d'appareil multimédia (photo, vidéo,...) et de baladeur musical.