Google | Twitter | Facebook | Blog | Lettre d'information | Fnac | Kobo | iTunes | Amazon

La République des Lettres

Rainer Maria Rilke

Rainer Maria Rilke
Lettres à un jeune poète

La République des Lettres
ISBN 978-2-8249-0207-4
Livre numérique (format ePub)
Prix : 5 euros
Disponible chez • FnacAmazonKoboiTunes

Olivier Besancenot

Olivier Besancenot

Alors que la cote de Nicolas Sarkozy ne cesse de baisser dans les sondages depuis la rentrée et que se profile une importante vague de mouvements sociaux, le porte-parole de la Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR), Olivier Besancenot, occupe lui de plus en plus de place dans le coeur des français. Déjà fort de 4,08 % des voix lors de l'élection présidentielle de mai 2007 -- ce qui le plaçait en tête de la gauche radicale devant Marie-George Buffet (PCF), José Bové (Altermondialistes) et Arlette Laguiller (Lutte Ouvrière) -- Olivier Besancenot obtiendrait aujourd'hui 7 % des suffrages si un nouveau scrutin avait lieu. C'est le résultat d'un sondage Ifop pour Le Journal du Dimanche réalisé du 31 octobre au 2 novembre.

Six mois après son entrée à l'Elysée, Nicolas Sarkozy obtiendrait pour sa part encore 35 % des suffrages au premier tour et 55% au second tour -- contre 22 % et 45 % pour Ségolène Royal -- mais 59% des personnes interrogées estiment que son action à la tête de l'Etat n'a pas amélioré leur situation. Le fameux "choc de confiance" que devait générer son élection n'a pas eu lieu et le Président de la République a vu sa cote de confiance baisser de 11 points en deux mois, selon le baromètre TNS Sofres.

Selon un autre sondage BVA-Orange réalisé fin octobre, 40 % des français souhaitent qu'Olivier Besancenot joue un rôle plus important dans la vie politique française. Le chef de file de la LCR obtient 52 % d'opinions favorables chez les ouvriers et 52 % chez les jeunes de 18-24 ans. En termes de popularité, l'auteur de Che Guevara, une braise qui brûle encore concurrence donc directement Ségolène Royal, située également à 40%, et devance largement tous les autres leaders du Parti Socialiste, qu'ils soient historiques ou de la nouvelle génération.

Apparaissant désormais comme la seule figure d'une gauche de contestation capable de s'opposer à la politique ultralibérale et antisociale menée par la droite sarkozyste au pouvoir, Olivier Besancenot ne devrait pas manquer de voir sa cote monter encore plus haut en novembre. Les français commencent en effet à se rendre compte que les réformes annoncées et menées aujourd'hui au pas de charge, se font en réalité au détriment de leur pouvoir d'achat et ne bénéficient qu'à une seule catégorie d'entre eux, déjà très priviligiée. La grogne sociale gagne progressivement tous les secteurs, des transports (SNCF, RATP, Air France,...) aux marins-pêcheurs en passant par les fonctionnaires (Poste, ANPE, Éducation,..), l'énergie (EDF, GDF,...), la métallurgie, les milieux judiciaires, les internes en médecine, etc. Un mouvement étudiant se profile aussi dans les facs pour obtenir le retrait de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU) adoptée cet été. La liste des grèves, manifestations et autres mouvements sociaux prévues en novembre ne cesse de s'allonger, plaçant Olivier Besancenot dans une situation très favorable pour se faire entendre et mener à bien ses projets. L'ancien candidat d'extrême-gauche à la présidentielle a déclaré récemment son intention de saborder la LCR pour mettre en place une nouvelle formation politique plus large qui s'appuierait sur l'ensemble des forces de la gauche de la gauche et tenterait de rassembler tous les partisans d'un changement de société.