Cécilia Sarkozy
Cécilia Sarkozy

Etant donné l'étendue des rumeurs, non démenties à ce jour, et en l'absence de communication officielle de l'Elysée ou du couple présidentiel, il semble désormais acquis que Nicolas et Cécila Sarkozy sont en plein divorce, où à tout le moins sont en train de se séparer. Outre la blogosphère qui depuis un bon mois fait monter sans aucune preuve l'évènement conjugal au firmament du buzz national, l'information est désormais de plus en plus reprise par la presse dite "sérieuse" qui distille, toutefois sans jamais citer ses sources, ce qu'elle peut glaner sur le sujet. La plupart des grands hebdos consacrent cette semaine leur Une à cette séparation pour l'heure toujours virtuelle. Petit historique des annonces diffusées récemment, à partir de la dernière en date, par des sources habituellement considérées comme fiables:

17 octobre: Le Nouvel Observateur et LCI annoncent qu'une procédure de séparation des époux Sarkozy est en cours. Selon le Le Nouvel Obs, "Nicolas et Cécilia Sarkozy se sont rendus ensemble devant un juge, lundi 15 octobre en fin de journée, pour matérialiser la procédure de séparation du couple". Pour LCI, Cécilia Sarkozy accompagnée d'une avocate du cabinet de Me Kiejman, "s'est rendue lundi matin au tribunal de Nanterre" où elle "a déposé une requête en divorce auprès du juge aux affaires familiales" et Nicolas Sarkozy aurait reçu de son côté un juge à domicile le lendemain. Interrogé, le porte-parole de l'Elysée, David Martinon, s'est refusé comme d'habitude à tout commentaire, de même que le porte-parole du gouvernement, Laurent Wauquiez. Le Tribunal de Nanterre indique pour sa part qu'il n'a pas connaissance d'une procédure concernant le couple Sarkozy et le cabinet Kiejman affirme que Cécilia Sarkozy ne figure plus parmi ses clients.

13 octobre: La Tribune de Genève soutient que que Cécilia Sarkozy a quitté Nicolas pour se retirer sur les bords du lac Léman à Genève, d'abord à la résidence La Réserve puis à l'Hôtel Beau Rivage, où elle réfléchit à son divorce.

12 octobre: L'Est Républicain, généralement bien informé sur l'actualité des Sarkozy (c'est à lui que Cécilia Sarkozy a donné son seul entretien après la libération des infirmières bulgares), annonce comme imminente la séparation du couple. Selon le quotidien régional, L'Elysée devait annoncer le jour même la séparation et le divorce des Sarkozy. "Une procédure de divorce devrait rapidement être introduite auprès du tribunal de Nanterre, juridiction des Hauts-de-Seine, compétente en la matière", écrit le journal qui ajoute que Cécilia Sarkozy aurait même participé à une séance photo pour illustrer un article d'un grand magazine consacré à cette séparation. Le porte-parole de l'Elysée répond qu'il "ne commente pas les rumeurs de presse".

10 octobre: Le Canard Enchaîné affirme que les services de Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée, ont effectué des recherches dans les annales pour savoir quels présidents français ou étrangers ont divorcé (un seul semble-t-il: le grec Andréas Papandréou).

06 octobre: la feuille satirique Bakchich.info publie sur son site internet la rumeur qui court dans toutes les salles de rédaction depuis le 1er septembre, date à laquelle Nicolas Sarkozy à confié en privé qu'il pourrait se retrouver célibataire.

Toutes ces spéculations de presse sont en partie nourries par l'attitude de Cécilia Sarkozy qui ne montre guère d'attachement à un mari qu'elle a déjà cocufié en 2005 avec le publicitaire Richard Attias. Lui-même s'était plus ou moins engagé à l'époque dans une relation avec Anne Fulda, journaliste politique au Figaro. Le couple Sarkozy avait vécu séparément pendant un an avant de s'afficher très opportunément de nouveau ensemble à partir de juillet 2006, c'est-à-dire pour la campagne présidentielle. Depuis l'élection, la première dame de France n'est presque jamais apparue en public auprès du président français, y compris le jour du second tour où elle n'a pas été voter et s'est fait remarquée par son absence une bonne partie de la soirée. Mais son absence est particulièrement flagrante depuis les vacances du couple aux Etats-Unis cet été, pendant lesquelles elle a prétexté une angine pour ne pas accompagner son mari à l'invitation à déjeuner de George W. Bush. Contrairement aux usages qui veut que les épouses des présidents soient présentes lors des visites officielles d'Etat, Cécilia Sarkozy n'a pas non plus participé au voyage présidentiel du 04 octobre à Sofia (Bulgarie), où elle était pourtant invitée afin de recevoir la plus haute décoration du pays pour son rôle dans la libération des infirmières bulgares détenues en Libye. Plus récemment, l'Elysée a indiqué qu'elle ne serait pas non plus du voyage du Chef de l'Etat prévu du 22 au 25 octobre prochain au Maroc.

Le plus probable de l'histoire est que le couple présidentiel est en train de régler les conditions du divorce car, du point de vue constitutionnel et juridique, l'affaire est moins simple pour un président de la République que pour un citoyen lambda, même en cas de consentement mutuel. Il s'agit sans doute aussi pour Nicolas Sarkozy d'orchestrer un plan média et d'attendre le moment le plus adéquat pour diffuser l'information officielle du divorce, cet adepte de la victimisation souhaitant sans doute en tirer quelque profit politique auprès des français compatissants.