Noëlle Châtelet
Noëlle Châtelet

L'écrivain Noëlle Châtelet s'est intéressée à l'histoire d'Isabelle Dinoire, première femme à avoir vécu une greffe du visage. La romancière, dont l'oeuvre est en grande partie consacrée au corps — l'anorexie, l'hermaphrodisme, la chirurgie esthétique ou encore l'euthanasie comme dans La dernière leçon (2004), un livre sur la mort de sa mère — raconte dans Le baiser d'Isabelle le drame de cette jeune femme qui a été atrocement défigurée le 30 mai 2005 par son chien qui voulait la réveiller alors qu'elle avait tenté de se suicider en absorbant des somnifères. Elle fait aussi le récit de l'aventure médicale qui a suivi, c'est-à-dire de la première opération mondiale de reconstitution d'un visage humain, tentée et réussie le 27 novembre 2005 au CHU d'Amiens par les équipes des professeurs Bernard Devauchelle et Jean-Michel Dubernard.

Noëlle Châtelet narre l'histoire vraie d'Isabelle Dinoire comme une véritable épopée scientifique et humaine, plongeant le lecteur dans le déroulé des évènements au jour le jour et retranscrivant les témoignages de tous ceux qui y ont joué un rôle, dont notamment celui totalement inédit d'Isabelle, qui s'était très peu exprimée depuis le jour de la conférence de presse internationale du 6 février 2006. Neuf mois d'intense travail médical et psychologique, neuf mois aussi d'épisodes parfois traumatisants et d'obstacles divers — le coût de l'opération, les risques très sérieux non seulement chirurgicaux mais aussi psychologiques, et avant tout déjà celui de trouver un visage (nez, bouche, menton) de jeune femme que les parents acceptent de léguer à la science --, et neuf mois de rééducation, de craintes, de doutes, de fantasmes, d'espoirs et de désespoirs intimes autour de l'opération et de la patiente.

Aujourd'hui, après avoir traversé la mort et s'être réincarnée sous le visage d'une autre, Isabelle a repris goût à la vie malgré le traitement encore très lourd qu'elle doit suivre régulièrement. Elle mange, elle boit, elle sourit, elle parle presque comme tout le monde mais elle est toujours en attente de pouvoir embrasser, de recevoir et de donner un baiser qu'elle espère depuis toujours. Les médecins l'avait prévenue: "La seule chose dont personne n'est sûr, c'est que tu puisses faire un jour un bisou." Elle ne sera complètement sauvée que lorsqu'elle pourra accomplir ce geste avec ses nouvelles lèvres. Pour Noëlle Châtelet, qui était devenue l'une de ses plus proches confidentes pendant sa convalescence, "ce baiser, elle est aujourd'hui tout près de le faire".

Le baiser d'Isabelle sort en librairie jeudi 04 octobre. Il est publié aux éditions du Seuil, qui ont effectué un premier tirage de 36.000 exemplaires. Étant donné l'intérêt des foules pour cette histoire de médecine spectacle — on n'est pas loin des séries télé Urgences ou Nip/Tuck — et l'omniprésence de Noëlle Châtelet dans les médias, sans parler du débat sur les questions éthiques posées à la société par cette avancée médicale, il ne fait aucun doute qu'il fera de nouveau tourner les imprimeries au cours des prochaines semaines.

-----

Noëlle Châtelet, Le baiser d'Isabelle, l'aventure de la première greffe du visage (Éditions du Seuil).