Paris Wi-Fi
Paris Wi-Fi

Avec un léger retard sur le programme, Bertrand Delanoë, maire de Paris, et Jean-Paul Huchon, président de la région Ile-de-France, inaugurent officiellement samedi 29 septembre au parc de Bercy (12e arrondissement) le service Paris Wi-Fi. La capitale s'est en effet dotée ces derniers mois d'un réseau de quelque 315 hotspots Wi-Fi sur 225 sites municipaux: jardins publics, mairies, bibliothèques, maisons d'associations, musées, etc. L'accès à l'internet par ce réseau haut débit sans fil est entièrement gratuit. Pour se connecter il suffit de disposer d'un ordinateur portable ou de tout autre terminal mobile comme un téléphone ou un PDA compatible WiFi (Wireless Fidelity), c'est-à-dire avec la norme radio 802.11 (exactement 802.11b pour Paris), et de capter le signal "Paris-Wi-Fi". L'internaute accède alors au portail en ligne et peut ensuite surfer librement sur internet. En pratique, le débit maximal est de 8 Mbits/s par hotspot, chaque borne pouvant émettre jusqu'à 50 m et une vingtaine d'internautes pouvant s'y connecter simultanément. Une signalétique spécifique comportant un logo de zone Paris Wi-Fi, de couleur violette, a été mise en place sur tous les points d'accès. Les parcs et bâtiments publics d'Etat, comme par exemple les jardins du Luxembourg ou des Tuileries, ne sont pas équipés. Au total 400 bornes municipales seront ouvertes avant fin octobre, 250 dans les espaces verts et 150 dans les bâtiments, aux horaires d'ouverture au public (7H-23H dans les parcs). En cas de problème, les internautes peuvent appeler Paris Wi-Fi Info au 01.70.80.94.34 ou directement l'assistance technique au 08.99.19.22.11 (1,35 euro par appel plus 0,34 euro la minute).

Le programme est financé conjointement par la ville de Paris et la région Ile-de-France à hauteur 2 millions d'euros et a été confié à l'équimentier Alcatel-Lucent pour le déploiement des bornes et à la Société Française de Radiotéléphone (SFR, 2e opérateur de télécommunications mobiles en France) pour l'exploitation et le service client. La maintenance est évaluée elle à environ 540.000 euros par an, à la charge de la mairie de Paris. L'opérateur téléphonique Orange — qui a déployé 2.250 hotspost à accès payant dans la capitale, notamment dans certains cafés, hôtels ou immeubles résidentiels, et qui a perdu l'appel d'offre face à SFR / Alcatel-Lucent — a engagé une procédure devant le tribunal administratif de Paris au motif qu'une collectivité territoriale n'a pas le droit de fournir directement un service de télécommunications. Les services de Bertrand Delanoë indiquent qu'ils ont "pris soin de respecter la réglementation en vigueur en matière de concurrence". Leurs hotspots WiFi sont strictement localisés sur les espaces municipaux et seulement ouverts aux horaires d'ouverture au public.

En avril 2006, Bertrand Delanoë, maire de Paris, avait intégré Paris dans le réseau international des grandes cités numériques en signant à San Francisco (Etats-Unis) la convention de jumelage dite des "Villes Numériques Soeurs" (Digital Sister Cities). Il avait ensuite, en juillet 2006, présenté le programme PARVI (Paris Ville Numérique), destiné à piloter l'ensemble des initiatives de la capitale dans le domaine de l'internet et du numérique, notamment en ce qui concerne l'accès pour tous à l'internet et le développement des structures: couverture WiFi, fibre optique pour le très haut débit (80% des immeubles parisiens équipés d'ici 2010), etc.

Le Wi-Fi, ou WiFi, est une technologie informatique de la famille des Wireless LAN (Wireless Local Area Network) ou Radio LAN, permettant notament l'installation de réseaux locaux sans fil, afin de relier par exemple plusieurs ordinateurs entre eux dans des bureaux. Apple Computer a été le premier fabricant à intégrer sur ses ordinateurs, en 1999 et sous le nom d'Airport, cette technologie Ethernet sans fil. Étendue via des bornes relais — les hotspots — le wi-fi permet maintenant d'accéder de partout à l'extérieur, sans fil et à haut débit, à Internet. Certaines zones urbaines comme les grandes gares ou les aéroports sont déjà équipées en hotspots mais ces réseaux appartiennent le plus souvent aux opérateurs privés qui les ont installés et ne permettent donc l'accès à internet que sous conditions d'abonnement payant.