Emmanuel Demarcy-Mota
Emmanuel Demarcy-Mota

La succession de Gérard Violette au Théâtre de la Ville de Paris a enfin pris forme mardi 25 septembre avec un communiqué de la Mairie de Paris confirmant la nomination de Emmanuel Demarcy-Mota à la tête de cette prestigieuse scène parisienne. Le jeune metteur en scène (37 ans), directeur du Centre Dramatique National (CDN) de Reims depuis 2002, était pressenti depuis longtemps à ce poste mais deux autres candidats, José-Manuel Gonçalvès (directeur de la Ferme du Buisson) et Michel Orier, directeur de la Maison de la culture de Grenoble) étaient aussi en lice. Emmanuel Demarcy-Mota prendra ses fonctions en juin 2008 et aura en mains pendant cinq ans les destinées du lieu — ex-Théâtre Lyrique, ex-Théâtre Sarah Bernhardt — que Gérard Violette aujourd'hui âgé de 70 ans dirigeait depuis 1985 (il y était entré comme administrateur en 1968).

Après plusieurs mois de discussion, le choix du maire de Paris Bertrand Delanoë et de son adjoint à la Culture Christophe Girard s'est finalement porté sur Emmanuel Demarcy-Mota en raison de ses qualités d'artiste de théâtre, respectant ainsi la tradition qui veut que la vénérable institution soit dirigée par un artiste, mais aussi pour son expérience de gestionnaire-programmateur car c'est la mairie de Paris qui finance presque en totalité le Théâtre. Elle verse 11 millions de subventions sur les 13 millions d'euros de budget du Théâtre de la ville, qui compte deux salles (de 1.000 places à Châtelet et 400 places au Théâtre des Abbesses) et a accueilli 220.000 spectateurs lors de la dernière saison. Enfin, Emmanuel Demarcy-Mota devrait également inscrire son projet dans la continuité du travail accompli ces dernières années, très pluridisciplinaire et axé sur une création de haut niveau, notamment en matière de danse contemporaine et de musiques du monde. Pour la mairie, le jeune metteur en scène continuera d'accorder "une place privilégiée à la danse contemporaine" tout en portant "une attention particulière à la promotion de nouveaux talents, à l'ouverture du théâtre à l'Europe et au monde, à la recherche de nouveaux liens avec les publics et à la place spécifique des jeunes spectateurs".