Le Sarkophage
Le Sarkophage

Le deuxième numéro du journal Le Sarkophage est en kiosque depuis le 15 septembre. Seize pages d'analyse politique serrée style Monde Diplomatique véritablement engagé "contre tous les sarkozysmes", comme l'indique le slogan de ce bimestriel détonnant dans l'univers actuel des médias.

Au sommaire, citons l'éditorial de Paul Ariès, Dissensus ! qui revient sur la raison d'être du Sarkophage et la nécessité aujourd'hui "vitale pour la vie démocratique" d'un dissensus. "Nous n'aimons pas la politique de Sarkozy, car elle représente la victoire des intérêts étroits d'une petite caste économique, mais nous vomissons plus encore son style qui est une insulte au peuple et à la nation." [...] "Sarkozy personnifie l'hybris, la démesure, ce péché suprême déjà dénoncé par les Grecs anciens. Il voit tout. Il sait tout. Il est partout. Il pense à tout. Il fait tout. Face à cette toute-puissance fantasmagorique projetée sur notre Lider maximo, le petit peuple ne peut se vivre et se penser que comme impuissant, comme interdit de parole, car que pourrait dire un peuple auquel le dissensus même est interdit ?" écrit l'auteur de Misère du Sarkozysme, qui signe également dans ce numéro un long article sur La face cachée de la droite décomplexée et un autre sur l'immigration choisie. Parmi les divers autres articles de fond, signalons celui du philosophe Georges Labica qui tente de comprendre pourquoi 19 millions de français ont voté pour Nicolas Sarkozy en dépit de sa mauvaise image et de sa participation à deux gouvernements dont la politique fut pourtant sévèrement désavouée, celui du sociologue Nico Hirtt (auteur de L'École et la peste publicitaire) sur la crise de l'enseignement ou encore celui du politologue Alain Accardo sur la refondation de la gauche.

Le Sarkophage, lancé à la date toute symbolique du 14 juillet dernier, a été fondé à Lyon par le politologue altermondialiste et militant de la décroissance Paul Ariès, qui en est également le rédacteur en chef. Journal de "résistance intellectuelle, politique et sociale", Le Sarkophage fait "le pari de l'intelligence collective et du retour au politique". Il est rédigé par des auteurs bénévoles, la plupart universitaires, et entend lutter activement contre la révolution conservatrice sociale, morale et ultralibérale incarnée par le nouveau président de la République, considéré comme le "proconsul de l'Empire américain". Il est tiré à 25.000 exemplaires, diffusé dans 6.000 kiosques en France et vendu 2 euros.

Contact: Le Sarkophage, rédaction au 3 rue de Montferrat 69500 Bron, éditions et administration par Les Temps Mauvais 161 chemin de Champgravier 69830 saint Georges de Reneins.