Éditions Grasset
Éditions Grasset

Les éditions Grasset & Fasquelle ont été fondées à Paris en 1907 par Bernard Grasset, né en 1881 à Montpellier et diplômé ès Sciences économiques. Après avoir fréquenté la bohème littéraire parisienne du café Vachette (Jean Moréas, Émile Faguet, Jean Giraudoux,...), il décide, avec les 3.000 francs légués par sa mère, de fonder les Éditions Nouvelles pour publier le roman de son ami Henri Rigal intitulé Mounette.

En 1910, il loue des locaux rue des Saints-Pères et change le nom de la maison, qui devient les Éditions Bernard Grasset. Il publie Jean Giraudoux (Provinciales, L'École des indifférents), Charles Péguy (Oeuvres choisies) et commence à remporter quelques succès commerciaux avec notamment A la manière de..., recueils de pastiches de grands écrivains signés Paul Reboux et Charles Muller. En 1911 et 1912 il édite successivement deux prix Goncourt: Monsieur des Lourdines d'Alphonse de Chateaubriant et Filles de la pluie d'André Savignon. Grasset publie dès lors, pendant ou juste après la première guerre mondiale, le plus souvent à compte d'auteur, de nombreux premiers romans d'écrivains qui deviendront par la suite célèbres: François Mauriac (L'Enfant chargé de chaînes, La Robe prétexte), Roger Martin du Gard (L'Une de Nous), Bertrand de Jouvenel (La République des camarades), Marcel Proust (Du côté de chez Swann, à compte d'auteur), André Maurois (Les silences du colonel Bramble), etc. Il publie également des périodiques comme Le Fait de la semaine ou Nos loisirs. En 1920, Bernard Grasset constitue une société anonyme et ouvre une librairie sur les grands boulevards. 1921 voit la création de plusieurs collections (Les Maîtres Étrangers, Le Roman sous la direction d'Edmond Jaloux, Les Cahiers verts sous la direction de Daniel Halévy) et l'énorme succès du roman de Louis Hémon, Maria Chapdelaine.

Les éditions Grasset deviennent l'une des deux maisons d'édition incontournable du paysage littéraire français des années '20 et '30, l'autre étant Gallimard. Premier à utiliser toutes les ressources de la publicité et des relations presse pour faire vendre ses livres, son fondateur remporte succès sur succès: Le Diable au corps de Raymond Radiguet, Les Conquérants et La Voie royale d'André Malraux, Thérèse Desqueyroux et Le noeud de vipères de François Mauriac, Une main de Charles-Ferdinand Ramuz, Raboliot de Maurice Genevoix, L'Or de Blaise Cendrars, Lewis et Irène de Paul Morand, Jeanne d'Arc de Joseph Delteil, Les Enfants terribles de Jean Cocteau, Colline de Jean Giono, etc. Avec entre autres les "4 M" (André Maurois, François Mauriac, Henry de Montherlant et Paul Morand), l'éditeur a ses réseaux, ses jurés de prix littéraires et son écurie de jeunes écrivains prometteurs. Il publie lui-même des essais sur la profession comme Remarques sur l'édition (1928) ou La Chose littéraire (1929). Avec Grasset, l'édition passe dans une nouvelle ère médiatique et publicitaire. La sortie d'un nouveau livre est chaque fois un "évènement", les procès et polémiques sont d'usage courant et les tirages passent de 2.000 à 20.000 exemplaires.

L'entreprise et le catalogue des éditions Grasset s'enrichissent de concert jusqu'à la seconde guerre mondiale, période où Bernard Grasset s'installe à Vichy aux ordres de la propagande allemande. Il publie entre autres des ouvrages de Jacques Doriot, Pierre Drieu La Rochelle, Abel Bonnard et même un texte d'Adolf Hitler. À la Libération, il sera exclu du Syndicat des Éditeurs, accusé de collaboration et emprisonné à Drancy avant d'être relâché quelques semaines plus tard pour raisons de santé. Jugé en mai 1948 pour ses activités pendant l'Occupation, Bernard Grasset sera condamné par contumace à la dégradation nationale, à la confiscation de ses biens et à cinq ans d'interdiction de séjour. La société des éditions Grasset est dissoute et son patrimoine confisqué à hauteur de 99%. Mais l'éditeur, qui a fait appel du jugement et continue de publier (entre autres Hervé Bazin et Jacques Laurent) saura faire jouer son réseau d'intellectuels amis et obligés. Le président de la République Vincent Auriol transforme la peine en amende. En 1953, Bernard Grasset est finalement amnistié par un Tribunal militaire qui a pris la suite de la Cour de justice.

Fin 1954, 90% du capital des éditions Grasset est acquis par le groupe Hachette qui prend également en charge la diffusion des livres en librairie. À la mort du fondateur, le 20 Octobre 1955, c'est son neveu, Bernard Privat, qui prend la direction de la maison. En 1959, les éditions Grasset fusionnent avec les éditions Fasquelle, opération qui ne sera finalisée qu'en décembre 1967. Jean-Claude Fasquelle (petit-fils de l'éditeur d'Émile Zola), nommé d'abord directeur général avant de devenir PDG en 1981, donne un second souffle à la maison avec une nouvelle équipe composée notamment de Françoise Verny, Jacques Brenner, Françoise Mallet-Jorris, Edmonde Charles-Roux, Matthieu Galey, François Nourissier et Yves Berger. Chaque année, la maison d'édition obtient son lot de grands prix littéraires partagés avec Gallimard et Le Seuil. De nombreux auteurs à futurs gros tirages sont publiés sous la couverture jaune Grasset: Jacques Laurent, Dominique Fernandez, Christine de Rivoyre, Bernard-Henri Lévy (qui dirigera aussi le secteur politique et sciences humaines, la collection Figures et la revue La règle du jeu), Gabriel Garcia Marquez, Umberto Eco, Hector Bianciotti, Hélène Cixous, Lucien Bodard, Jean Vautrin, Jean-Marie Rouart, Louis Nucera, Raphaëlle Billetdoux, Maurice Clavel, René de Obaldia, Jules Roy, Yves Simon, Franz-Olivier Giesbert, Patrick Rambaud, Amin Maalouf, Pascal Bruckner, Jacques Chessex, Antonine Maillet, Yann Moix, Virginie Despentes, Daniel Picouly, François Weyergans, Gonzague Saint-Bris, Anne Garréta, Frédéric Beigbeder, etc...

Depuis 2000, les éditions Grasset sont dirigées par Olivier Nora. En 2001, la maison d'édition a acheté les locaux qu'elle louait depuis 1910 au 61 rue des Saints-Pères (Paris 6e). Le catalogue compte plus de 3.000 titres et une dizaine de collections actives, dont Les Cahiers rouges au format de poche. Quelque 150 titres en littérature française et étrangère, essais, sciences humaines et documents, sont publiés chaque année.