Google News
Google News

Le site d'actualités Google News teste actuellement une nouvelle fonction permettant d'ajouter des commentaires / droit de réponse aux articles indexés sur ses pages. Il ne s'agit pas d'un simple module de discussion, comme sur un blog ou un forum, mais d'un service qui autorise les personnes ou les sociétés mentionnées dans les articles de poster une réponse sous les topiques d'actualité les concernant.

Un système de vérification d'identité est mis en place afin que seules les personnes ou les sociétés citées puissent poster un commentaire. Elles devront pour cela envoyer leur texte à une adresse e-mail dédiée, accompagné de coordonnées permettant aux modérateurs de Google de les identifier clairement, notamment par téléphone. Une fois passé ce strict processus d'indentification, le commentaire soumis sera éventuellement validé (Google se réserve le droit de le publier ou non) et apparaîtra en ligne sur Google News. "Les commentaires seront publiés intégralement, sans modifications, mais ils seront clairement signalés en tant que commentaires, afin que nos utilisateurs ne confondent pas l'opinion de la personne qui réagit avec les articles des journalistes", expliquent sur le blog officiel de Google News les deux ingénieurs responsables du système.

Google News Etats-Unis propose déjà quelques exemples d'articles commentés par des stars, des hommes politiques ou des marques de société contestant ou apportant des précisions sur leur actualité, tel entre autres le vice-président de la compagnie de fast-food McDonald's. Si l'expérimentation est concluante, la nouvelle fonctionnalité sera étendue aux autres langues et pays où le portail d'actualités est présent (actuellement une quarantaine).

Cet innovant service de commentaire / droit de réponse bouleverse quelque peu la ligne éditoriale habituelle de la firme de Mountain View. Jusqu'à présent Google revendiquait en effet haut et fort que tous ses services en ligne, en particulier ceux du classement des sites dans le moteur de recherche et de l'agrégation des titres de l'actualité, s'effectuaient automatiquement sans aucune intervention humaine, grâce à des algorithmes performants. Mais ici la fonction d'identification des commentateurs ne pourra probablement pas être automatisée. Il faudra sans doute des employés en chair et en os pour assurer le service et déterminer quelles réponses peuvent être mises en ligne. C'est-à-dire pour effectuer plus ou moins un travail de journaliste en contrôlant la source et en décidant de la pertinence éditoriale du commentaire. Cela pourrait être le premier pas du géant de la recherche sur internet vers des services d'information utilisant finalement directement et pleinement l'intelligence humaine, comme dans la presse traditionnelle. En tous cas au moins vers un modèle de commentaire / droit de réponse en ligne qui, s'il s'avère fonctionnel après l'expérimentation en cours, pourrait à terme inspirer les autres sources d'information sur internet comme par exemple les journaux ou même l'encyclopédie participative Wikipédia, dont la fiabilité et l'identification des rédacteurs est l'un des points noirs les plus critiqués.